Logo Dermagazine
Flux RSS Contactez-nous
Dermagazine - Experts
| |
nathalie photoedito

Dr Nathalie Gral

Dermatologue

Grenoble

Naevus dermiqueNaevus dermiqueAprès shaving et laserAprès shaving et laser

Télécharger ce dossier

Shaving & laser : Une alternative à l’exérèse traditionnelle des naevus Article au format PDF

Shaving & laser : Une alternative à l’exérèse traditionnelle des naevus

Sur le visage, les grains de beauté disgracieux qui prennent de plus en plus relief avec l’âge, sont fréquents. En langage médical ils sont appelés naevus tubéreux ou naevus dermiques, car les cellules naeviques qui le composent, sont situées dans le derme. Pour les dermatologues, ils ne sont pas suspects. La demande d’exérèse est essentiellement esthétique, mais la peur d’une cicatrice est licite car les points de sutures peuvent laisser des marques indélébiles

La destruction des grains de beauté directement par laser n’est pas possible car elle ne permet pas de faire une analyse histologique du naevus après son ablation. Or cet examen, pratiqué sous microscope par un médecin anatomo-pathologiste, est indispensable afin d’éliminer formellement un cancer de la peau.

Pour les naevus tubéreux, la technique du «shaving» est une alternative intéressante à l’exérèse-suture traditionnelle. Elle permet à la fois de réduire la cicatrice et de pratiquer un examen histologique. En cas de découverte de cellules malignes, une reprise chirurgicale est alors nécessaire.

Le shaving consiste à enlever le grain de beauté avec une marge réduite. Cette exérèse se fait de manière cupuliforme, en effet si l’on se contentait de raser superficiellement et horizontalement le naevus, on laisserait en place la partie profonde. Cette cupule va cicatriser de manière dirigée, grâce à l’application de pansements qui vont favoriser le comblement, on ne fait pas de points de suture.

Pour un meilleur résultat esthétique, le «shaving» est suivi, dans le même temps opératoire, d’une abrasion au laser co2, qui permet d’aplanir la cupule, de retarder l’épidermisation et donc de favoriser le bourgeonnement à partir du fond de la perte de substance, mais aussi de stimuler la collagénèse-synthèse de collagène- et donc de reconstruire le derme manquant . Grâce à cette technique la cicatrice sera à terme invisible dans la plupart des cas.

Cette intervention se déroule sous anesthésie locale, elle dure en général une quinzaine de minutes, elle est suivie de la mise en place d’un pansement qui sera changé quotidiennement pendant une semaine puis un jour sur trois pendant encore une dizaine des jours. Les pansements hydrocolloïdes ont notre préférence. Il est conseillé ensuite d’appliquer une crème cicatrisante et un écran solaire pendant plusieurs mois.

En conclusion, pour les naevus dermiques du visage, la technique du «shaving» suivie d’une abrasion au laser co2 donne de très bons résultats esthétiques sans se priver d’une analyse histologique.

 

Docteur Nathalie Gral  Dermatologue Grenoble

Ëtes-vous tatoué?