Logo Dermagazine
Flux RSS Contactez-nous
Dermagazine - Psycho et Société
| |
Dr Marie-France Brun

Dr Marie-France Brun

Dermatologue

La Tour du Pin

Télécharger ce dossier

Les verrues de l’enfant : Faut-il être agressif ou plaider pour la douceur ? Article au format PDF

Les verrues de l’enfant : Faut-il être agressif ou plaider pour la douceur ?

Motif fréquent de consultation urgente et source d’angoisse chez les parents désireux de ne pas laisser leurs petits chérubins être envahis par ces hideuses petites choses, les verrues vulgaires n’en sont pas moins de simples lésions virales parfaitement bénignes et amenées, à plus ou moins long terme, à disparaître toutes seules !

Les verrues vulgaires sont dues à une infection superficielle de la peau par un virus de la famille des papilloma virus humains (HPV).

Le virus s’introduit sous la peau en profitant d’une effraction cutanée si minime soit-elle et, s’il n’est pas neutralisé par le système immunitaire , va provoquer la multiplication des cellules de l’épiderme qu’il a infectées , avec formation de  petites élevures cornées , parfois plus enchâssées dans la peau (paumes et plantes).

En fonction du statut immunitaire, plus ou moins « permissif », il s’en suivra ou non la multiplication et dissémination des lésions.

On comprend alors que la tentative de destruction par une méthode ou une autre n’aboutisse pas toujours à la guérison tant souhaitée et que le « remède miracle », que le dermatologue est censé prodiguer n’est pas toujours infaillible, loin de là.

D’où l’importance d’une bonne compréhension de ce mécanisme de la part des parents qui accepteront plus volontiers que le dermatologue n’ait pas leur vision de l’urgence et de l’absolue nécessité d’un traitement rapide et agressif.

Néanmoins, il existe quelques exceptions à cette attitude, et il est parfaitement licite que soit pris en charge par le dermatologue toute verrue douloureuse, déformant ou empêchant la marche, entrainant une déformation d’un ongle, ou d’aspect très inhabituel.

En effet, l’attitude thérapeutique est de plus en plus à la  méthode « douce », à savoir décapage progressif manuel associé à l’application de préparation salicylée,  éventuellement complété par des adjuvants de type homéopathie : le but, outre la destruction de la prolifération cornée, est surtout de provoquer une réaction de défense immunitaire, par l’inflammation réalisée , afin de « rejeter » l’HPV.

Bien sur, me direz vous, une bonne application d’azote liquide, provoquera  beaucoup plus vite un bon degré d’inflammation, mais au prix de quelle douleur, pour les pieds et petits doigts de nos chers petits !!!!

Que de larmes versées ! et en plus si ça ne marche pas …n’ayant plus l’effet de ( mauvaise ) surprise , il faudra les ligoter pour recommencer !

Alors laissez moi militer pour la minute quotidienne, entre la petite histoire  et le gros câlin, celle de l’application, au coucher, de la pommade « miracle » sur les verrues de nos petits !... Ils nous en seront reconnaissants !

Docteur Marie -France BRUN-Dermatologue

Ëtes-vous tatoué?