Logo Dermagazine
Flux RSS Contactez-nous
Dermagazine - Cosmétologie et Alimentation
| |
Dr Catherine Raimbault

Dr Catherine Raimbault

Dermatologue

Metz

Peeling aux acides de fruitPeeling aux acides de fruit

Télécharger ce dossier

Acné et Peeling Article au format PDF

Acné et Peeling

Peeling de la peau

L’acné est une maladie cutanée transitoire affectant le plus souvent les sujets jeunes. Elle nécessite une prise en charge thérapeutique adaptée à son étendue, son évolution, sa gravité, le sexe et l’âge du patient. Le recours aux peelings comme moyen thérapeutique adjuvant peut être très utile pour certaines formes d’acné comme l’acné rétentionnelle, ou pour améliorer l’aspect des cicatrices lorsque la maladie a cessé d’évoluer.

L’acné est une maladie du follicule pilosébacé. Elle débute généralement lors de la puberté par une hyperséborrhée (la peau devient grasse), puis la survenue de comédons ou « points noirs ». Les microkystes sont des comédons « fermés » renfermant du sébum, de la kératine, et des bactéries. Ils peuvent subir des phénomènes inflammatoires, avec survenue de papules et pustules, qui peuvent dans certains cas évoluer vers des nodules abcédés.

Selon la gravité de l’acné, on décrit plusieurs formes : 
- L’acné comédonienne avec de multiples points noirs sur les zones les plus grasses de la face, le plus souvent le front, les ailes du nez, le menton. Elle peut atteindre le dos.
- L’acné rétentionnelle avec de multiples microkystes. Elle peut devenir inflammatoire.
- L’acné papulopustuleuse ou inflammatoire.
- Chez certains adolescents, l’acné évolue vers des formes plus graves avec extension à de grandes zones comme l’ensemble du visage, le tronc, le dos, apparition de multiples comédons, microkystes, pustules, nodules abcédés. Ces derniers laissent des cicatrices déprimées.
- L’acné féminine tardive, avec apparition de microkystes sur les zones maxillaires.
- Certaines acnés sont d’origine cosmétique lorsque l’on applique des crèmes trop grasses, médicamenteuse (corticothérapie générale, contraceptifs androgéniques, vitamine B12 …), hormonales ( syndromes des ovaires polykystiques par exemple), ou provoquées par des agents chimiques exogènes ( huiles, hydrocarbures halogénés…)

Le traitement classique commence par des soins d’hygiène rigoureuse, matin et soir et par l’application de topiques médicamenteux sous la forme de crèmes, de gels, de lotions, permettant l’élimination des comédons, des microkystes. Il faut souvent avoir recours à une antibiothérapie par voie orale pour diminuer l’inflammation et le risque cicatriciel.
La guérison spontanée de l’acné est habituelle à la fin de la puberté, toutefois certaines formes d’acné nécessitent le recours à l’isotrétinoïne, seul traitement permettant une guérison anticipée ou définitive.

LES PEELING DANS L’ ACNE :

Le peeling consiste en l’application sur la peau d’une substance chimique ayant pour but l’exfoliation de l’épiderme : la peau pèle. Plusieurs substances peuvent être employées pour une exfoliation plus ou moins profonde selon le principe actif utilisé. On distingue ainsi les peeling selon la profondeur de cette exfoliation : peelings superficiels, moyens et profonds. La durée de la réparation épidermique dépend de la profondeur du peeling.

Les peelings superficiels :
Ils sont utiles comme moyen thérapeutique complémentaire des acnés comédoniennes ou rétentionnelles, lors d’une période de préférence non inflammatoire. Ils permettent de resserrer les pores dilatés, d’aider à l’élimination des comédons et microkystes, d’éclaircir le teint.

Ils sont donc indiqués lors :
- d’acné débutante, ou d’acné en fin d’évolution lorsqu’il persiste encore quelques microkystes,
- d’acné tardive de la femme de 40 ans dans la zone maxillaire,
- d’acné associée à une peau tabagique,
- d’acné avec cicatrices pigmentées post inflammatoires ou après excoriations.
- Ils sont d’un grand intérêt pour aider à la microchirurgie de l’acné en permettant un « dékystage » plus facile.
- Ils améliorent l’aspect des cicatrices légères.
Les substances utilisées sont :
- l’acide salicylique,
- l’acide glycolique,
- certaines solutions à base de résorcinol, d’acide lactique,
- d’acide mandélique ou d’acide pyruvique.
- D’acide trichloracétique à faible concentration.
Le protocole de soins dépend de la substance utilisée et des recommandations du laboratoire qui commercialise le kit comprenant les soins pré peeling et post peeling.

Protocole de soin : 
Il faut préparer la peau pendant une quinzaine de jours en appliquant une crème aux acides de fruits ou AHA, pour débuter l’exfoliation de la couche cornée superficielle de l’épiderme.
Lors de la séance, le dermatologue applique la substance chimique sur la peau pendant quelques minutes à l’aide d’un pinceau, d’un doigt ganté, d’une compresse imbibée… La solution est ensuite neutralisée pour stopper son effet. Puis la peau est hydratée avec une crème apaisante.

Pendant les semaines qui suivent, la protection solaire doit être très rigoureuse avec application d’un écran solaire non comédogène.
Il est possible de reprendre ses activités immédiatement après un peeling superficiel, puisque l’exfoliation est douce.

Rythme des séances de peeling:

Les séances sont répétées tous les 15 jours ou tous les mois. 4 à 6 séances sont habituellement recommandées lors du premier protocole. Le dékystage peut être associé lors de chaque séance, avant ou après le peeling, ou effectué à distance. Par exemple on peut choisir de réaliser 2 peelings puis une séance de dékystage puis 2 peelings …
En entretien, le dermatologue pourra recommander 2 ou 3 séances de peeling, 2 ou 3 fois par an, par exemple après l’été lorsque la peau s’est épaissie après une exposition solaire ou après l’hiver lorsque le teint est terne.
L’application régulière d’une crème à base d’acide de fruits permet de maintenir le bénéfice obtenu.

Effets secondaires du peeling :

Le peeling superficiel est en général bien toléré. On constate le plus souvent un léger érythème pendant quelques heures. La sensation de brûlure lors de l’application du peeling disparaît rapidement après la neutralisation et l’application de la crème apaisante.
L’exfoliation plus importante peut entrainer l’apparition de croûtes sur de petites zones, mais parfois sur des zones plus étendues, nécessitant l’application d’une crème cicatrisante pendant quelques jours. Pour l’éviter, le dermatologue recommandera l’arrêt de l’application de rétinoïdes ou de peroxyde de benzoyle la semaine précédant le peeling. Il faut aussi éviter d’effectuer un gommage, une épilation à la cire, ou tout geste traumatisant la peau avant le peeling.
Une poussée d’herpès chez certains patients peut être prévenue par la prise d’un antiherpétique quelques jours avant le peeling.
Une pigmentation peut survenir en cas d’exposition solaire.
Les peelings considérés comme superficiels avec l’acide trichloracétique concentré de 12 à 18 % entrainent une exfoliation un peu plus importante : « la peau peut peler pendant 2 à 4 jours».

Les peelings moyens :

Ils sont utilisés pour les acnés cicatricielles, lorsque l’acné n’évolue plus et que les lésions inflammatoires ont laissé des cicatrices plus ou moins profondes. Ils permettent une exfoliation plus intense de l’épiderme, allant jusqu’au derme papillaire.
Le principe actif utilisé est le plus souvent l’acide trichloracétique à des concentrations allant de 20 à 30%. Pour les cicatrices profondes, la concentration peut être plus importante, jusqu’à 42 %.

Protocole de soins :
La peau est préparée pendant une quinzaine de jours au moins par l’application de crèmes à base d’acides de fruits permettant une pénétration plus homogène de l’acide trichloracétique. Les rétinoïdes topiques sont aussi très utiles mais doivent être stoppés 3 à 4 jours avant le peeling.
La concentration du peeling est choisie en fonction de la profondeur des cicatrices, du temps de cicatrisation permis par les activités du patient, de 4 jours à plus de 10 jours pour les concentrations les plus élevées.
L’application se fait soit au pinceau, à la compresse imbibée, avec de petites brosses… selon les kits proposés par les différents laboratoires qui proposent ces peelings. Elle se fait zones par zones, couches par couches, en contrôlant le givrage de la peau qui dépend de la profondeur choisie et de la concentration. Le givrage va de l’aspect floconneux, la peau pèle pendant 4 jours, à un aspect blanc uniforme pour une durée de cicatrisation de 10 jours.
La sensation de brûlure pendant l’application est intense. Pour la diminuer, l’application est progressive, zones par zones, elle est calmée par une ventilation puis par pulvérisation d’une eau thermale et d’une crème apaisante à la fin du peeling.
Les jours suivant le peeling, la peau est cartonnée, tendue, elle desquame à partir du 3e jour en se détachant par petits lambeaux. La desquamation peut durer plus de 10 jours pour les concentrations les plus élevées. Il ne faut pas arracher les croûtes qui se forment, mais hydrater avec l’émollient recommandé.
Lorsque les cicatrices sont profondes, le dermatologue peut choisir d’appliquer un acide trichloracétique en forte concentration, juste dans le fond des cicatrices soit à l’aide d’un coton tige soit avec un bâtonnet : on obtient un blanchiment franc, puis une desquamation localisée pendant au moins une dizaine de jours. Cette technique est très utile pour les cicatrices profondes « en pic à glace ».

Fréquence des séances de peeling:

Une séance initiale peut être renouvelée dans un délai de 1 à 2 mois si le résultat est jugé insuffisant

Effets secondaires :
Une hyperpigmentation post inflammatoire peut apparaître surtout sur les peaux foncées, elle doit être traitée rapidement par l’application d’une corticothérapie locale.
Des cicatrices peuvent survenir si le patient arrache les croûtelles ou si le peeling est trop profond.
La protection solaire doit être extrêmement rigoureuse pendant les semaines qui suivent.
La peau peut être rosée pendant quelques semaines, un maquillage non comédogène est utile pour la masquer.

CONCLUSION
Les peelings sont des moyens thérapeutiques complémentaires tout à fait intéressants lors d’acnés non inflammatoires ou pour réparer les cicatrices. Les peelings superficiels permettent de resserrer les pores dilatés, d’améliorer progressivement les petites cicatrices, les taches pigmentées post inflammatoires, la peau est assainie, le teint plus lumineux.
Les peelings moyens nécessitent un temps d’éviction sociale de quelques jours, mais sont utiles pour réparer les cicatrices plus marquées.
L’acné est une maladie cutanée nécessitant un suivi et des thérapeutiques adaptées, le recours au peeling pourra vous être proposé par votre dermatologue.

Ëtes-vous tatoué?